L'histoire de la boite à bijoux

L'histoire de la boite à bijoux

Y a-t-il quelque chose de plus charmant qu'une boite en velours remplie de babioles scintillantes. De celles qui jouent une mélodie, au bleu emblématique de la version cuir de chez Tiffany 💎.

Une boîte à bijoux est l'un des rares objets décoratifs que presque toutes les femmes ont en commun.

La boite à bijoux à probablement vu le jour dès qu'il y a eu des bijoux à mettre à l'intérieur. Mais reprenons l'histoire dès le Moyen-Age⚔️. Avant les coffres-forts et les boites de dépôt ( ou même les serrures de portes), la sécurité des maisons était une préoccupation majeure des citoyens du monde. A cette époque, le fer était le matériau le plus convoité pour protéger les objets de valeurs.

Coffre du Moyen Age

Malheureusement, ce n'était pas l'option la plus pratique si vous deviez déménager. La portabilité étant essentielle au mode de vie médiéval, la plupart des boîtes de rangement étaient en bois, recouvertes de cuir et reliées avec du fer ou du laiton pour un peu plus de sécurité/solidité.

À cette époque, un marié offrait souvent à sa fiancée un boîte à bijoux remplie 💍 (ou vide avec des promesses de pierres précieuses à venir). Pour souligner l'intérêt de la boite, le cuir pouvait être embossé avec des inscriptions appropriées et des scènes de cour. 

Cour de Louis XIV

Un des choix les plus récurants était une citation des histoires de Chrétiens de Troyes, le poète du XIIe siècle : "Madame, vous portez la clé / et vous avez le cercueil dans lequel mon bonheur/est enfermé."

Un futur marié pouvait acheter des boites avec des écussons vides qui pouvaient, après l'achat, être peintes à la main avec les siens. 

La coutume de présenter à une dame une boite à bijoux lors de ses fiançailles 💒s'est poursuivie à la Renaissance. À Florence 🇮🇹, la tendance était d'utiliser une boite rectangulaire parfumée au musc, décorée de scènes de chasse à la feuille d'or. Un cerf blessé symbolisait la passion charnelle, c'était donc un cadeau avec une intention précise .

Nos Boites à Bijoux (livraison gratuite)

Les femmes de la Renaissance n'attendaient pas nécessairement qu'un homme leur fournisse des bijoux ou des boites. Beaucoup de femmes possédaient des boitiers accrochés au mur de leurs chambre à coté d'un petit miroir. Haut d'un pied, ils contenaient une petite boite pour les bijoux, ainsi que d'autre articles nécessaires à la toilette d'une femme: maquillage, poudres, éponges et épingles.

Le XVIIIe siècle fût celui du "plus c'est grand, mieux c'est". En cadeau de mariage, Louis XVI a offert à Marie-Antoinette un coffret à bijoux de la taille d'une petite table.

Coffret à Bijoux Marie-Antoinette

Commode en bois massif de tulipier, elle était posée en équilibre sur des pieds cabriolets délicatement incurvés, ornés de plaques de porcelaines fleuries, peintes à la mains.

Mais même une boîte à bijoux de la taille d'une table ne suffisait pas pour contenir les bijoux de la future reine de France 🥐. Par tradition, la famille royale française offrait à la nouvelle mariée tous les bijoux des reines qui l'ont précédée, comme une paire de bracelets en diamant ou des parures qui coûtait autant qu'un hotel particulier de Paris.

Cabinet de diamant de Marie-Antoinette

Pour y accueillir les trésors, Marie Antoinette avait commandé un énorme "cabinet de diamants". 2,5 mètres de long comme de large, avec des détails en nacre, en marbre vert de mer et en dorure, le cabinet était aussi étincelant que les bijoux qu'il contenait.

Dans le cabinet de Marie-Antoinette, on pouvait retrouver des boites basses et carrées sur des pieds de chignon ronds. Elles étaient décorées de carapace de tortue, d'os et de miroirs incrustés à motifs géométriques. Bien qu'elles fussent assez belles pour être exposées, elle étaient souvent rangées sous les lits ou cachées dans des casiers secrets pour les protéger du vol.

Et il n'y avait pas que les dames qui disposaient d'un rangement élaboré pour leurs babioles. Les jeunes hommes y avait aussi droit.

Après un séjour en Europe, pour parfaire son éducation, le Duc écossais d'Atholl a commandé une petite boite en forme de temple romain Septime. Construite pour s'ouvrir à moitié afin de révéler de minuscules plateaux, la boite abritait la collection de pièces et de médailles du duc.

Son activité favorite après le dîner était de montrer sa collection, et cette grande boite faisait partie du spectacle.

Louis XV avait une boite à bijoux suffisamment grande pour qu'elle soit appelée un "cabinet". Avec des tiroirs doublés de velours bleu pour y ranger une collection numismatique qui célébrait les grands évènements de son règne (Bagues, Colliers...). Son petit-fils Louis XVI, avait une étonnante version en acajou décorée d'un médaillon qui rivalisait avec celle de son épouse, Marie-Antoinette.

Chaque médaillon était fait de cire, de plumes et d'ailes déposées de manière à ressembler à des oiseaux, des papillons et des plantes.

Médaillon de cire

En 1796, une intervention de l'horloger/bijoutier suisse Antoine Favre (notre article) a ajouté une autre dimension aux boites à bijoux musicales.

Favre avait déjà mis au point un peigne en acier qui rendait les boites à musique transportable dans une poche 🎶. Ce peigne a été intégré a partir du XIX siècle. Pour inciter les acheteurs à dépenser💰, des figurines mécaniques, comme une ballerine qui fait des pirouettes ou un oiseau qui chante, ont été ajoutées pour se déplacer lorsque le couvercle de la boite était ouvert grâce à une charnière.

Les ventes de boite à bijoux, ont décliné pendant la premier guerre mondiale, où l'ostentation était mal vue. Puis, dans les années 1920, Coco Chanel a mis à la mode les bijoux fantaisies, et un âge d'or de la parure abordable a commencé. Avoir une collection de bijoux était à la portée de chaque femme.